MGTOW : quand les hommes s'épanouissent sans les femmes

-

Plus qu'une simple réaction au féminisme, le mouvement MGTOW marque l'émancipation des hommes et le début de leur épanouissement personnel.

Note : ce billet est rédigé sous forme d'une chronique : il présente le mouvement MGTOW et les idées qui y circulent mais que je ne partage pas forcément. Il fait partie d'un triptyque dont vous trouverez les deux autres parties en fin d'article.

MGTOW est un acronyme anglais qui signifie "Men Going Their Own Way" et que l'on peut traduire par "les hommes vivant leur vie" ou "les hommes traçant leur route".

Aux origines du mouvement MGTOW

Le mouvement MGTOW nous vient de l'Amérique du nord. Cela peut s'expliquer par le fait que cette région est aujourd'hui en proie à un féminisme radical, agressif, hystérique, bête et de plus en plus misandre.

On connait bien en sciences sociales le phénomène de polarisation. Il s'agit, pour faire court, d'une radicalisation des idées lorsqu'un groupe est trop homogène dans ses idées. Ou, pour le dire autrement, l'entre-soi conduit à une certaine radicalisation.

Encore aujourd'hui, beaucoup trop de féministes considèrent que les hommes n'ont pas leurs mots à dire sur le féminisme et sur les femmes. Ces féministes décident dans leur coin de ce que doit être le féminisme, la femme, et la place de la femme dans la société. Radicalisées par trop d'entre-soi, elles viennent ensuite réclamer des "droit à" et des "moi je". Et les hommes qui osent émettre des idées contraires à leur tambouille idéologique sont traités de tous les noms.

A cela s'ajoute le fait que, là-bas comme chez nous en France, lors d'un divorce les hommes perdent beaucoup. Ils sont quasi systématiquement les perdants, tant au niveau financier qu'au niveau de la garde des enfants. Car c'est bien connu, les hommes sont incapables de s'occuper des enfants. D'ailleurs les femmes ne les laissent jamais faire, histoire de bien s'assurer qu'ils ne sauront jamais faire. Mais n'y voyait point là une quelconque misandrie.

Las, ce qui devait arriva : les hommes se détournent des femmes, et font autre chose. Laissant les femmes seules avec leur désir d'enfant et leur tambouille idéologique féministe.

Le mariage banni de la vie des hommes

Si le mouvement MGTOW ne prône pas le célibat, il se montre par contre parfaitement hostile au mariage. Le célibat est vu comme un art de vivre, presque comme une condition à l'épanouissement personnel, tandis que le couple est vécu en mode "petites aventures" comme on peut se faire un road trip.

Deux raisons à ce refus du mariage :

  • ce sont presque exclusivement les femmes qui veulent se marier
  • avec des taux de divorces très importants, le mariage se résume aujourd'hui trop souvent en une perte d'argent et de temps pour les hommes. C'est un calcul rationnel.

Un calcul rationnel

Comme indiqué plus haut, en cas de divorce, les hommes perdent tout : argent, maison, garde des enfants. Et les hommes constatent de plus en plus qu'aucune femme ne vaut la peine qu'ils sacrifient à ce point leur vie. Sans parler des cas, avérés, des femmes ne faisant que butiner de pourvoyeur de ressources en pourvoyeur de ressources, c'est à dire d'hommes en hommes.

Les hommes réalisent tout ce qu'ils auraient pu faire avec cet argent et avec ce temps. Et très rationnellement, ils concluent que le mariage est une "activité" qui ne leur est d'aucune utilité, que le jeu n'en vaut pas la chandelle.

Et de plus en plus, cette réflexion s'étend au couple lui-même. Le féminisme n'est pas allé jusqu'au bout de la démarche égalitaire en ce qui concerne l'image de petite princesse que les femmes tiennent souvent à conserver. Ainsi par exemple, ce sont les hommes qui doivent initier le jeu de séduction et qui doivent payer les frais de drague (restaurant, boite de nuit, etc...). La femme reste quand à elle dans la posture de la princesse qui dispose, cette posture lâche mais tellement confortable et valorisante pour l'égo.

Là encore, le calcul rationnel joue en défaveur des femmes : trop de temps et d'argent dépensés pour rien, il est alors plus intelligent de faire autre chose. Les hommes réalisent qu'ils ont mieux à faire et ont des investissements plus utiles et rentables à réaliser.

Les hommes libérés de l'obligation d'être le pourvoyeur de ressources pour les femmes

Tout ceci n'aurait pas été rendu possible sans le développement du travail des femmes. Avant cela, les femmes travaillaient peu et il fallait donc que les hommes assument et les entretiennent. Ils pesaient sur eux une obligation morale extrêmement lourde et culpabilisante.

Cette pression était tellement forte que les hommes mettaient le plus souvent leur épanouissement personnel de côté. Cette charge mentale pèse encore sur les hommes et est un frein important à leur épanouissement.

Ainsi, le mouvement MGTOW c'est également la revendication d'être libéré de ce poids et le droit à l'épanouissement personnel. Et c'est en cela qu'il est bien plus qu'une simple réaction au féminisme : le féminisme permet à l'homme de s'épanouir sans culpabiliser sur le devenir des femmes. Celles-ci peuvent vaquer à leurs occupations sans que les hommes aient à s'occuper d'elles, sans qu'ils n'aient à jouer les baby-sitters de leur petite amie.

Loin des idées reçues

Le mouvement MGTOW montre plusieurs choses. Il montre tout d'abord que les hommes vivent très bien sans les femmes, contrairement à ce que celles-ci aiment à croire souvent. Il faut dire que cette idée reçue est utile lorsque l'objectif est d'amener un homme à accepter le mariage puisque c'est une façon pour les femmes de se rendre indispensables pour les hommes.

Mais les adeptes du mouvement MGTOW montrent que les hommes savent s'épanouir sans les femmes. Ils montrent même plus que ça : ils montrent que les hommes s'épanouissent mieux sans les femmes, ou plus exactement sans le couple (ce qui peut revenir au même selon que l'on croit possible ou non l'amitié homme-femme). Et parfois, cela prend des formes extrêmement simples : le plaisir redécouvert de pouvoir choisir la décoration de la maison ou simplement pouvoir déterminer l'emploi du temps du week-end.

Ils montrent également que les femmes vivent moins bien le célibat que les hommes. Aujourd'hui les femmes sont de plus en plus désemparées par le célibat et la solitude. Les sites de rencontre en ligne le montrent très bien avec l'explosion des profils féminins par rapport à il y a 10 ou 15 ans. Même les jolies femmes n'arrivent plus à intéresser les hommes. Les femmes ne restent pas célibataires par choix comme aiment à le proclamer certaines féministes, parce que sinon on ne les retrouverait pas sur ces sites de rencontre à multiplier les photos "avantageuses" d'elles.

Vers un phénomène durable ?

Le féminisme victimaire n'a pas su voir que les hommes n'étaient pas un dû, qu'ils n'allaient pas rester là à satisfaire les égos des princesses. Dans un monde post-féministe, les femmes doivent également apprendre à se vendre, à prouver qu'elles ont quelque chose à apporter aux hommes. Et pas simplement leur corps périssable.

Cela est d'autant plus difficile qu'aujourd'hui les hommes découvrent le bonheur procuré par l'épanouissement personnel, enfin rendu possible par l'émancipation des femmes, et qu'il va être bien difficile pour les femmes de les ramener dans le carcan du couple. Et qu'elles vont avoir toutes les peines du monde à se faire faire un enfant en temps et en heure.

Le mouvement MGTOW commence à faire des émules en France. Le plus simple pour en apprendre plus à ce sujet est de faire une recherche sur Youtube (le contenu est toutefois essentiellement en anglais).

Partie 2 : Quand le féminisme nuit aux femmes et profite aux hommes

Partie 3 : Eléments de distanciation (à venir)